UFC Que Choisir de Moselle-Est - Comment nous contacter.
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Adhérez, le nombre fait notre force
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Association de consommateur
La Page d'actualité de l'UFC Que Choisir de Moselle-Est
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Qui sommes-nous
UFC Que Choisir de Moselle-Est - L’environnement: un sujet qui nous préoccupe
UFC Que Choisir de Moselle-Est - L'enquête de consommations une nos actions
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Traitement des litiges
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Nos actions pour la Santé
Notre bulletin trimestiel
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Fiches pratiques, résolution de litiges
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Dossier Logement
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Les Garanties
Les contrats conclus hors établissement
Guide Funéraire
UFC Que Choisir de Moselle-Est - GUIDE DE NOËL
UFC Que Choisir de Moselle-Est - GUIDE DE VACANCES
Prélèvement SEPA : Les bons reflexes
En finir avec les Idées reçues
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Notre association dans la presse.
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Page de Téléchargement
Vidéos UFC-Que Choisir
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Comment nous contacter.
UFC Que Choisir de Moselle-Est - Adhérez, le nombre fait notre force
Comment résoudre un litige - Phase Contentieuse
Le démarchage - Sommaire
Le démarchage - La droit de rétractation
Le démarchage - La forme du contrat



Vous pouvez nous rencontrer à:


Hombourg-Haut

-

Sarreguemines

Bitche




Une permanence téléphonique est accessible:


Du Mardi au Jeudi de 8h00 à 11h00 et de 14h00 à 17h00

au


03 87 81 67 80

Contactez Nous !

Informations Cliquez ici

Adhérer à l'UFC


Être aidé dans tous mes litiges de consommateur.


Être informé de tous les problèmes inhérents à la consommation.


Renforcer la légitimité de l'UFC-Que Choisir et préserver son indépendance.

Adhérer

Comprendre pour mieux se défendre 

Le Démarchage

Lettre type

Nom Prénom                                       Nom de la société

Adresse                                                 Adresse

                                                                

                                                                A …, le ...


Lettre Recommandée avec Accusé de Réception

Objet : Annulation du contrat


Madame, Monsieur,


En date du … (date et lieu), suite à une opération de démarchage, je vous ai commandé . (objet commandé, références exactes, caractéristiques).


Développez les arguments en rapport avec ce que vous contestez:


- Les règles de forme du contrat, les mentions, le bon de rétractation n’ont pas été respectés (donnez des détails).


- Vous n’avez pas pris en considération ma rétractation envoyée par LRAR en date du …


- J’ai été victime de pratiques commerciales trompeuses, abusives ou agressive (donnez des détails).


- J’ai été victime d’abus de faiblesse (donnez des détails).


Aussi, par la présente, je vous mets en demeure de procéder à l’annulation amiable de ce contrat.


Faute d'une réponse de votre part, avant le … (date), je me verrais dans l'obligation de signaler vos pratiques aux services de la répression des fraudes et de m’adresser aux juridictions compétentes.


Dans l'attente de votre réponse, recevez, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.


Signature


Téléchargez cette lettre type au format doc.

Retour

Suite

Sommaire

Dans cette phase, nous revenons à votre litige. Il ne s’agit plus de savoir si vous pouvez encore vous rétracter mais de réagir au conflit que vous rencontrez.

Quatre hypothèses sont envisageables :


1. Vous souhaitez obtenir l’annulation du contrat :

 

L’annulation va entrainer l’effacement de ce contrat : il est réputé n’avoir jamais existé. En conséquence, le professionnel doit vous rembourser toutes les sommes éventuellement payées et/ou récupérer le bien s’il vous a été livré (s'il vous a été livré et qu'il s’agit d’une marchandise qui par sa nature ne peut être renvoyée par voie postale).


2. Vous souhaitez l’annulation du contrat et l’octroi de dommages et intérêts :


Cette hypothèse implique à la fois le non respect de règles spécifiques mais aussi un préjudice (à établir) du fait de ce démarchage irrégulier.


Mais ce préjudice doit avoir certaines caractéristiques : il faut, notamment, un préjudice direct et certain.


Ex. : suite à un démarchage irrégulier, vous achetez un canapé qui vous est immédiatement livré. Votre ancien canapé est récupéré par le professionnel qui le jette. Le démarchage est annulé mais vous vous retrouvez sans canapé : vous êtes victime d’un préjudice direct et certain au titre duquel vous pourrez obtenir des dommages et intérêts (ex. : la valeur de votre ancien canapé).


3. Vous souhaitez uniquement obtenir des dommages et intérêts :


Il s’agit d’une demande particulière. En principe, le non respect des règles relatives au démarchage est sanctionné par l’annulation du contrat. Toutefois, vous pouvez, par ailleurs, avoir été victime de pratiques commerciales vous ayant fait payer très cher un bien par exemple.

Il sera alors possible de demander l’octroi de dommages et intérêts qui vous permettront indirectement d’obtenir une réduction du prix payé.


4. Vous vous êtes rétracté(e) dans les délais et formes légaux, mais le professionnel ne vous rembourse pas :


La rétractation entraine la nullité du contrat. Le professionnel doit ainsi vous restituer les sommes qu’il a reçu (pour plus de détails reportez-vous à la section «Le droit de rétractation»).

CSS3 Cube - XHTMLized Open Source Plugin

2. Phase amiable de résolution du litige

- Que souhaitez-vous obtenir ?

- Quels arguments invoquer ?

Nous n’aborderons que les hypothèses les plus communes.


- Le non-respect de la règlementation sur le démarchage


Les règles relatives à la forme et au contenu des contrats conclus suite à un démarchage sont d’ordre public. Ainsi, en cas de non-respect, l’annulation du contrat peut être obtenue avec l’éventuelle intervention d’un tribunal. Ce sera également le cas si le bon de rétractation n’est pas conforme à la règlementation.


Vous trouverez le détail des règles de forme dans la fiche «La forme du contrat».


- L'utilisation de pratiques commerciales déloyales


Nous nous intéressons ici à la façon dont le contrat a été souscrit, c’est-à-dire aux pratiques du professionnel qui ont influencé votre consentement.


Une pratique est déloyale lorsqu’elle a pour objet ou pour effet «'altérer de manière substantielle, le comportement économique du consommateur normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, à l'égard d'un bien ou d'un service».


«Le caractère déloyal d'une pratique commerciale visant une catégorie particulière de consommateurs ou un groupe de consommateurs vulnérables en raison d'une infirmité mentale ou physique, de leur âge ou de leur crédulité s'apprécie au regard de la capacité moyenne de discernement de la catégorie ou du groupe».


Les pratiques commerciales déloyales regroupent les pratiques commerciales trompeuses et agressives.


Pratiques commerciales trompeuses


Une pratique commerciale est trompeuse :


1° lorsqu'elle crée une confusion avec un autre bien ou service, une marque, un nom commercial, ou un autre signe distinctif d'un concurrent ;


2° lorsqu'elle repose sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur sur l'existence, la disponibilité ou la nature du bien ou du service, ses caractéristiques essentielles, sur le prix ou son mode de calcul du prix, le caractère promotionnel du prix et les conditions de vente, de paiement et de livraison du bien ou du service ;


3° lorsque la personne pour le compte de laquelle elle est mise en œuvre n'est pas clairement identifiable.


Une pratique commerciale est également trompeuse si, compte tenu des limites propres au moyen de communication utilisé et des circonstances qui l'entourent, elle omet, dissimule ou fournit de façon inintelligible, ambiguë ou à contretemps une information substantielle ou lorsqu'elle n'indique pas sa véritable intention commerciale dès lors que celle-ci ne ressort pas déjà du contexte.

Conseil

Combien de temps doit durer cette phase amiable ?


La loi ne répond pas à cette question. En pratique il faut laisser un délai raisonnable au professionnel pour réagir à votre mise en demeure et vous faire part de sa position.


Nous vous conseillons donc d’indiquer un délai d’au moins 15 jours.

Bon à savoir

Les services de la répression des fraudes ?


On parle des services de la Direction Départementale de Protection des Population (DDPP). La loi du 17/03/2014 vient renforcer ses pouvoirs de sanctions administratives.


En plus de leurs missions traditionnelles (recherche et constatation des  infractions et manquements aux règles de protection des consommateurs et vérification la bonne application des règles de publicité des prix), les DDPP se voient désormais attribuer un pourvoir de sanctions administratives autonomes concernant la violation des règles relatives au démarchage (articles L 121-22 et s. L121-22-1 du code de la consommation).


Avant de s’adresser aux tribunaux compétents, la menace d’une sanction administrative à l’encontre de la société qui n’aurait pas respectée les règles sur le démarchage et le droit de rétractation est un argument a utiliser.


Vous trouverez les coordonnées de votre DDPP sur le site www.economie.gouv.fr.

Pratique commerciales agressives


Ce sont les méthodes du professionnel qui seront sanctionnées. Par exemple, sont agressives les pratiques qui ont pour objet :


- de donner au consommateur l'impression qu'il ne pourra quitter les lieux avant qu'un contrat n'ait été conclu ;


- d'effectuer des visites personnelles au domicile du consommateur, en ignorant sa demande de voir le professionnel quitter les lieux ou de ne pas y revenir ;


- de se livrer à des sollicitations répétées et non souhaitées par téléphone, télécopieur, courrier électronique ou tout autre outil de communication à distance ;


- d'informer explicitement le consommateur que s'il n'achète pas le produit ou le service, l'emploi ou les moyens d'existence du professionnel seront menacés ;


- de donner l'impression que le consommateur a déjà gagné ou gagnera en accomplissant tel acte un prix ou un autre avantage.


L’abus de faiblesse


Lorsque les circonstances de la conclusion du contrat montrent que le consommateur n'était pas en mesure d'apprécier la portée des engagements qu'elle prenait ou de déceler les ruses ou artifices déployés pour la convaincre à y souscrire.

- Qui doit prouver quoi ?

Pour faire valoir vos droits, il est impératif de s’intéresser à la question de la preuve. Celle-ci est libre, c’est-à-dire que vous pouvez utiliser tout moyen tel que des documents publicitaires, des témoignages.


Le consommateur devra prouver :


- avoir fait l’objet d’un démarchage (lieu de conclusion du contrat) ;


- s’être rétracté dans les conditions légales ;


- avoir été victime de pratiques commerciales trompeuses ou agressives ;


Le professionnel devra prouver :


- Qu’il a respecté son obligation d’information.


- Que les règles de forme et de contenu du contrat ou du formulaire type de rétractation ont bien été respectées.


- avoir été victime d’abus de faiblesse.


Avant d’envisager de saisir les juridictions compétentes, il est préférable de tenter de régler le litige de façon amiable.


Etape n° 1 : Il faut adresser au professionnel une mise en demeure. Son contenu n’est pas règlementé. Toutefois vous devez faire apparaître sans ambiguïté que l'auteur de la mise en demeure attend instamment quelque chose et il faut que la chose attendue soit précise et clairement identifiée. Par ailleurs, vous mentionnerez un délai impartit au professionnel pour y répondre.


Elle peut être manuscrite ou rédigée par informatique. Le consommateur devra prouver sa réception : le recours à une LRAR est donc vivement conseillé.


Etape n° 2 : En cas de résistance du professionnel, vous pouvez nous contacter. Nous prendrons contact avec le professionnel afin de faciliter le règlement amiable de votre litige. Vous trouverez nos coordonnées et les modalités d’adhésion en consultant notre site ou celui de la fédération UFC-Que Choisir : www.quechoisir.org.


Vous pouvez également signaler les pratiques du professionnel aux services de la répression des fraudes aujourd’hui dénommés : Direction Départementale de Protection des Population (DDPP). Vous trouverez les coordonnées de votre DDPP sur le site www.economie.gouv.fr.

Dans ce type de situation, le consommateur est souvent confronté à une difficulté : il faut prouver qu’au moment où il a signé le contrat il ne pouvait comprendre la nature et/ou l’entendue de son engagement. Par exemple, l’âge ou la maladie ne suffisent pas, à eux seuls, à établir un abus de faiblesse.


Articles L120-1, L121-1, L122-11-1, L122-8 et L122-9 du code de la consommation